Interview de Joseph Schlatter dit "PEPPI"


Interview de Joseph Schlatter dit "PEPPI"
FERMIER INDEPENDANT - TYROLL (AT)

Les alpages de Peppi sont situés à 1700 mètres d'altitude, au-dessus du village de Fließ dans le Tyrol Autrichien. Une fois par an, avec l’aide de ses enfants et petits-enfants, il fauche et ramasse les herbes tendres et riches en fleurs. C’est une vraie tradition familiale depuis plusieurs décennies.

Quel est le meilleur moment pour la récolte ?

Les alpages, sauvages et exempts de fertilisants, sont récoltés une fois par an, en août, lorsque les herbes et les fleurs sont suffisamment développées pour ne pas menacer leur régénération. Avant de ramasser le foin, on s’assure 3 jours de temps ensoleillé pour qu’il sèche au sol, à même la prairie. La nature est bien faite !


Pourquoi est-il nécessaire de faucher les alpages ?

Il est important de faucher et de ramasser ces herbes pour éviter qu’elles ne se renversent sur le sol et forment un immense tapis d’herbes et de fleurs qui empêcherait la croissance d’autres plantes. C’est également le meilleur moyen de limiter les risques d’avalanches en hiver. Nous sommes trop peu d’agriculteurs à faucher les alpages car c’est un travail très physique et pas rentable.

 

Pourquoi le foin sent-il aussi bon ?
Je reconnais l’odeur du foin les yeux fermés. C’est la coumarine qui donne au foin cette odeur agréable et aromatique si caractéristique. La coumarine est une substance naturelle dont raffolent les créateurs de parfums car son odeur est délicate et stable.


Les foins sont-ils tous semblables ?
Avec un peu d’expérience, on peut reconnaitre la provenance des herbes de chaque prairie. Je reconnais immédiatement un foin qui ne provient pas de
mon alpage.